la cuisine sans gluten

Nous sommes habitué à cuisiner avec essentiellement de la farine de blé et il est vrai que changer notre alimentation en évitant le gluten nous parait assez compliqué. Pourtant il y a de plus en plus de choix pour les personnes sensible au gluten et qui sont tout aussi bon.

les gens suivent un régime sans gluten pour des raison médicales, pour se sentir mieux, pour arrêter de souffrir, pour arrêter la malbouffe, ou simplement à titre préventif.

Le gluten du blé permet la panification de la céréale. Celui-ci donne de l’élasticité aux pâtes et permet de les faire pétrir et de les faire lever. L’association de différents ingrédients, suivant les recettes, peuvent le remplacer. Ainsi, pour obtenir une pâte à tarte moins friable, on utilisera une fécule ou de la farine de teff et pour un gâteau moelleux on ajoutera de la poudre d’amande.

Conseils pour les sensibilités aux gluten

Sur les conseils de thérapeutes, les personnes suivant un régime hypotoxique supprimeront le maïs et celles qui suivent un régime sans prolamine supprimeront le quinoa, le millet, le sorgho etc.  On remarquera que plusieurs céréales sans gluten se trouvent sous diverses formes, comme le riz, que l’on trouve en farine, semoule, pâte, concassé; le quinoa que l’on trouve en graine, flocon, farine; le maïs, que l’on trouve en farine, semoule, pâte etc.

Mais pour commencer, on peut déjà supprimer la farine de blé dans les préparations de sauces, crèmes et entremets, qui seront nettement plus digeste pour tout le monde. Preferez plutôt la farine de riz complet (ou demi complet), car c’est une farine sans gluten au gout assez neutre et qui convient aussi bien en salé qu’en sucré. Pour remplacer la semoule d’un couscous, on peut opter pour le quinoa par exemple, qui convient très bien (pour l’avoir déjà testé). On peut en faire de même pour la préparation d’un taboulé. On trouve facilement des recettes sans gluten, encore faut-il revoir le contenu de ses placards.

Lorsqu’on adopte une alimentation sans gluten, des changements s’imposent et notamment lorsqu’on décide de manger à l’extérieur.

Le gluten se trouve sous 2 forme dans l’alimentation. Il y a le gluten naturellement présent dans les céréales, que nous avons déjà vus, comme le seigle, l’avoine, le blé et l’orge (SABO pour s’en souvenir), et le gluten ajouté dans les aliments industrialisés, tout prêts, servant d’épaississant, de liants, d’amidon etc. Cependant, faites attention aux produits importés et aux aliments vendus en vrac. Preferez plutôt les aliments naturels, les moins transformés possible et fait maison.

Quelques chiffres:

1% de la population est atteinte de la maladie coeliaque

4 à 23 millions de français est touché par la sensibilité au gluten

100 maladies pourraient être mise en sommeille grâce à une alimentation sans gluten

1 personne sur 5 à un problème avec le gluten.

Varier son alimentation est essentiel pour bénéficier de tous les nutriments.

Pour bien préparer les menus, il est important de planifier sa semaine: la moitié de l’assiette doit être composé de végétaux, 1 quart de protéines végétales et 1 quart de féculents. Sans oublier d’ajouter les graisses de qualités comme l’huile d’olive, de colza, d’oléagineux et de graines.

Manger à l’extérieur

Il est vrai que manger sans gluten n’est pas toujours approuvé par son entourage. Il n’est pas non plus évident d’avoir une telle alimentation à l’extérieur, ce qui ne doit pas vous renfermer sur vous même. Aller au restaurant permet de passer de bons moments avec ceux qu’on aime, mais cet endroit n’adopte pas toujours les aliments sans gluten.

♦ Il est préférable de demander à vérifier les emballages pour les établissements avec de grandes cartes ou dans les grandes chaines où les plats sont souvent fournis par des centrales d’achat.

♦ Dans les snacks ou les crêperies, autorisez vous seulement les salades en vous méfiant tout de même des vinaigrettes industrielles.

♦ Dans les restaurants asiatique on trouve forcement les plats accompagnés de sauces de soja et celles ci contiennent du blé!

Privilégiez plutôt:

♦ les restaurants qui cuisinent avec des produits frais et un nombre de plats limité. Ceux ci sont généralement cuisinés sur place et vous pouvez vérifier les ingrédients auprès du cuistot

♦ certains établissements indiquent si les plats contiennent du gluten

♦ les restaurants végétariens et bio

♦ les restaurants japonais et indien où le riz est souvent utilisé à la place du blé

♦ les restaurants gastronomique où les chefs sont informés des risques du gluten

♦ ou des restaurants recommandés par des personnes suivant un régimes SG*.

Lorsque vous aurez choisis votre restaurant, identifiez les plats avec gluten (tartes, feuilletés, croustillants, aliments panés, gâteaux, croquettes…), les plats suspects comme les plats en sauces, charcuterie, gratins, fritures, veloutés, desserts et précisez au moment de votre commande que vous souffrez d’allergie au gluten (le terme allergie rend plus crédible) et demandez à vérifier les ingrédients des plats choisis.

Associer plaisir et santé c’est possible!

Manger sans gluten, c’est manger mieux. Mais pour un tel changement d’alimentation, il est important d’y aller progressivement. Vous devez être préparé, bien renseigné, être patient, et surtout à l’écoute de votre corps. L’alimentation doit être un plaisir!

Pour bien comprendre le fonctionnement du gluten, je vous propose cet ouvrage qui explique plus en détails ce « phénomène »:

 

*SG: Sans gluten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *